La surabondance du don chez le prédicateur. L’exemple de saint Augustin et de Maître Eckhart

Si le don est reçu et approprié avant d’être offert, comment se rapportent l’un à l’autre le don d’abord reçu (don 1) et le don ensuite offert (don 3) ? Le don de soi (c’est-à-dire le don offert) est-il nécessaire ? Est-il dû en réponse au don d’abord reçu ? Non point : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mt 10,8). Mais alors, comment penser la relation entre ces deux dons gratuits ? Comme un surcroît. Le don de soi jaillit par surabondance du don originaire. C’est ce qu’établit la logique de la prédication chez les grands prédicateurs.

1) La prédication en général

En effet, on peut appeler grand prédicateur celui qui jouit d’